L’histoire du Kalimba

Différents types d’idiophones et de lamelles plumés existent en Afrique depuis des milliers d’années. Les lames étaient à l’origine en bambou, mais au fil des ans, des clés en métal ont été développées.

Le mbira semble avoir été inventé deux fois en Afrique : un instrument en bois ou en bambou est apparu sur la côte ouest de l’Afrique il y a environ 3 000 ans, et des lamellophones en métal ont fait leur apparition dans la vallée du Zambèze il y a environ 1 300 ans.

Image result for story kalimba

Ces instruments en métal ont parcouru tout le continent, devenant populaires parmi les Shona du Zimbabwe (d’où vient le mot mbira) et d’autres groupes indigènes du Zimbabwe et du Mozambique Le mbira s’est différencié dans sa forme physique et ses utilisations sociales à mesure qu’il se répandait.

Des instruments semblables à Kalimba ont vu le jour dans le nord de l’Afrique du Nord jusqu’à l’extrémité sud du désert du Kalahari, et de la côte est jusqu’à la côte ouest, bien que de nombreux ou la plupart des groupes de personnes en Afrique ne possèdent pas de mbiras. Il y avait des milliers d’accords différents, de dispositions de notes différentes et de conceptions d’instruments différentes, mais il y a une disposition hypothétique d’accords et de notes de l’instrument original à métal d’il y a 1300 ans.

Au milieu des années 1950, le mbira a servi de base au développement du kalimba, une version occidentale conçue et commercialisée par l’ethnomusicologue Hugh Tracey, ce qui a conduit à une grande expansion de sa distribution hors d’Afrique.

Image result for woodwork kalimba

Acoustique
Les lamellophones sont des instruments qui ont de petites lames, ou « lamelles », que l’on joue en les pinçant. Contrairement aux instruments à cordes ou aux instruments à colonne d’air comme les flûtes, les harmoniques d’une lamelle plumée sont inharmoniques, donnant au mbira un son caractéristique Les harmoniques inharmoniques sont plus fortes à l’attaque et s’estompent assez rapidement, laissant un son presque pur.

La disposition des notes de certains mbira (par exemple le kalimba et le nyunga nyunga) possède les notes de la gamme qui montent sur les lames du centre vers l’extérieur en alternance de droite à gauche, ce qui fait que les accords sont faits par des lames adjacentes. Lorsqu’une lame est arrachée, les lames adjacentes vibrent également, et ces vibrations secondaires harmonisantes jouent un rôle similaire à celui des harmoniques d’un instrument à cordes – elles augmentent la complexité harmonique d’une note individuelle.

Cette alternance gauche-droite n’est pas vraie pour le mbira dzavadzimu, où les notes sont disposées avec les notes les plus basses sur chaque registre situées vers le centre du mbira et s’élèvent vers l’extérieur. Il y a cependant des ruptures notables dans cette progression linéaire qui sont constantes dans tous les mbira dzavadzimu.

Notre score
Cliquez pour évaluer ce post !
[Total: 0 Average: 0]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *